Comment déjouer le complot des boulangers

Non, je ne parlerai pas ici de l’augmentation du prix du pain, ni de la manie de vendre une baguette molle et sans saveur, si bien qu’on se retrouve à devoir acheter les pains spéciaux à plus de 2 euros si on veut continuer à manger des tartines pas rassies au petit dej.

Non, ce qui m’énerve c’est le contenu du sandwiches aux crudités.

Parce que hier midi, une fois de plus (et malgré le changement fréquent de boulangerie) dans mon sandwiche thon/crudités à 3,50€ il y avait :
– du pain (normal jusque là)
– du thon (logique)
– un oeuf dur (?)
– 3 demi rondelles de tomates.
Et c’est tout.

Les gens, il faut manifester pour que cela cesse! Boycottons le sandwiche crudités!

Messieurs les boulangers, Mesdames les boulangères! Ca ne peut plus durer! Bon allez je suis sympa je vous aide un peu:

Déjà rappelons un principe de base qui a son importance: l’oeuf n’est pas une crudité. Déjà on dit UN oeuf, ce qui aurai du vous mettre la puce à l’oreille puisqu’on dit UNE crudité, comme on dit UNE carotte, UNE tomate.. On dit aussi UN concombre, c’est vrai, mais ce n’est pas une excuse.

Ensuite, je vais vous en apprendre une bien bonne, dans la famille des crudités il n’y a pas que la tomate et la feuille de laitue. Il y a aussi la carotte, le concombre, le poivron… un peu n’importe quel légume en fait à partir du moment où il est froid

Oui Monsieur le boulanger on dit UN légume et alors?

Publicités

Comment on va éviter le pire pour l’anniversaire de la Pépette

Certainement traumatisée d’avoir soufflé des bougies sur la galette des rois annuelle, de ma plus tendre enfance jusqu’à l’adolescence et ceci devant parents, oncles, tantes et cousins, j’ai un peu de mal à faire subir la même chose à Miss Deux Ans.

Reste que les quatre grands parents ont un peu de mal avec ma vision des choses.

L’an dernier ils avaient collé ma pauvre chouppette le nez devant une bougie plantée dans un fraisier juste pour la photo parce que le gâteau crémeux avec des fraises hautement allergènes et une forte probabilité de présence d’alcool, à 12 mois on touche qu’avec les yeux. Des tortionnaires je vous dis.

Alors cette année j’ai pris les devants. Déjà le jour même de son anniversaire c’était fiesta en Finistère avec ballons de baudruche et gâteau au chocolat fait maison. Même qu’on s’est régalé (surtout que j’ai du me dévouer pour terminer sa part , trop dur).

Mais je n’ai pas réussi à couper à la fête familiale de dimanche prochain avec grands-parents, tontons et tontaines. Du coup j’ai posé les bases : un déjeuner entre adultes et un déballage des cadals au moment du goûter avec gâteau au yaourt fait par ma moman pour planter les bougies.

Il fallait contenter tout le monde et les motivations sont différentes. Si mon coté de la famille est surtout intéressé par l’abondance de champagne et de vin déversé à cette occasion, la branche paternelle est là pour voir la gamine, l’arroser de cadeaux et prendre LA photo souvenir de ma fille en train de non-souffler ses bougies.

Parce que, pour les bougies, elle n’est pas encore au point. Elle souffle bien quand le plat est chaud, quand elle voit le feu sur un barbecue ou quand j’ouvre la porte du micro onde. Sur le thermomètre aussi elle souffle… mais la bougie la paralyse. Oui cette enfant est bizarre.

Cependant, je suis pas complètement sure de l’accueil réservé à un gâteau au yaourt piqué de 2 thermomètres…

Comment est ce possible?

Ca ne va pas du tout.
Mon retour à Paris est un véritable enfer.
A peine descendue du train, déjà, mes oreilles ont été violemment agréssées par le brouhaha de la gare. Depuis je suis au supplice avec les crissements du métro et le bruit de la circulation. Même le camion poubelle qui passe à 21h j’y collerai bien un coup de bazooka. Seigneur, que cette ville est bruyante. Après quinze jours avec en fond sonore rafales de vents et cris de mouettes j’ai un peu de mal (et pourtant le cri de la mouette n’est pas ce qu’on pourrait appeler un agréable chant d’oiseau).

Et puis en à peine 48 heures j’ai affronté une tendinite à l’épaule, la reprise du boulot, l’ascenseur en panne et Miss Deux-Ans branchée en permanence sur 6000 volts depuis qu’on est rentrées. J’ai bien essayé de la calmer hier soir avec l’ascension des 10 étages à pieds, mais non. A peine arrivée elle transformait un pingouin innocent en arme de destruction massive.

Stop. Suis pas Jack Bauer moi.

Comment maigrir pendant les vacances


– la marche rapide sous le crachin breton à la recherche d’une crêperie. De préférence à midi trente quand tout les touristes ont la même idée : attention challenge. Permet de reprendre une beurre-sucre sans s’inquiéter des risques de bourrelets disgracieux.

– la course sous la pluie pour rejoindre la voiture. Permet de s’empiffrer à la crêperie, surtout si cette dernière est dans la ville close (spécialité bretonne) et que le parking est « hors les murs » traduction : à ouatmille kilomètres.

– la marche contre le vent. Particulièrement efficace à la Pointe du Raz. En plus on ne risque pas de reprendre des calories à la crêperie du site, vu comment c’est pas bon.

– le coquillage pas frais le dernier soir. Efficacité redoutable. Presque aussi bien que la prune pas mure. Permet de perdre les derniers kilos emmagasinés suite à l’abus de kouign amann pendant 15 jours.

Comment j’arrête de blogguer jusqu’au 24 aout

Yes yes, c’est la ouacances ! La valise est bouclée, la pépette et moi sommes sur le départ, fin prêtes pour les patés de sable, le kir breton, la pèche à pied, les fest noz et la course à la godille.

Vu d’ici ça à l’air enviable. Mais non. Comme c’est un peu ma période de chance comme dirait un biscuit chinois, en plus que de me farcir un temps pourri pendant les 15 prochains jours, je devrai aussi me passer de connexion Internet. Suite à une sombre histoire de valise trop petite ou de portable trop lourd, je ne sais plus. Et oui chèrs lecteurs, ça veut dire pas de billets pendant 2 semaines! Alors que vous étiez sur le point de prendre l’habitude du petit post quotidien du matin.

Pour éviter la sensation de manque pendant que je suis pas là, vous pouvez toujours passer arroser les plantes et nourrir le chat parcourir les archives.

Bon, mes loulous c’est pas que je m’ennuie, mais là j’ai un TGV qui m’attends… Je vous laisse

A bientôt,
et soyez sages !