Comment je ne me suis pas fait enlever par des extras terrestres

Coucou les gens, me revoilà! Je sors à peine d’une faille spatio-wifiienne complètement imprévue. Je m’explique.

Flash back. J’ai acquis à prix promotionnel dérisoire un routeur qui me permet de partager ma connexion Wifi en contrepartie de quoi je peux me connecter aux autres heureux possesseurs de l’appareil.

Une communauté pour le wifi libre qu’ils appellent ça. Tu penses qu’accro comme je suis, j’ai adhéré tout de suite. En plus, histoire de pouvoir sélectionner tes futurs lieus de vacances sur le site il y a la google map des accès. J’avais donc bien repéré qu’au 2 de la rue des beaux parents y avait de la connexion Wifi. Autant te dire que vendredi je partais le coeur joyeux, me voyant déjà faire chauffer le Netvibes depuis le Sud Bretagne.

Sauf que le tuyau était crevé.

Après avoir tenté toutes les pièces de la baraque, en tenant le portable au plus près des portes et fenêtres, parfois au péril de ma vie, j’ai fini par me rendre à l’évidence qu’on captait que pouic.

Le lendemain j’ai bien observé la rue, histoire de me rendre compte par moi-même. Déjà entre le 2 et le 26 tu te dis qu’il y a 12 maisons. Et bien non. Parce qu’il y a du bis et du ter en veux-tu, en voilà. Alors forcément le signal à 2 km on le capte pas.

Le dimanche matin, n’y tenant plus, je suis partie en exploration devant le numéro 2 et j’ai dégainé le Macbook. Rien non plus. Le 2 c’est la maison du curé. Et le curé faut croire qu’il éteint son modem pendant la messe.

Le truc pénible aussi, c’est que j’avais oublié ma lime à ongles à Paris.

Publicités

Comment se sortir dignement de l’affaire du cadeau qu’on n’a pas gardé

On vous a offert un cadeau et non, vraiment il ne vous plaît pas. Vous vous en êtes aussitôt débarrassé. Bien.

Hélas, trois fois hélas, celui (ou celle) qui vous l’a offert vient chez vous et cherche désespérément sont cadeau mis en valeur dans votre intérieur cosy et charmant.

Heureusement pour vous, comme promis hier, je vous fais partager mon top 5 des excuses à la noix.

1/ Je l’ai cassé. La meilleure évidemment. Votre tante Anna ira pas vous demander de vider vos poubelles pour le prouver. Faut juste que l’objet soit cassable. Pour le peignoir en bambou, par exemple, je l’ai dans l’os.

2/ Je l’ai perdu. Pas mal pour un petit objet. A ne pas utiliser pour un perroquet. Dire plutôt un truc du genre « oups, il s’est envolé ». Oui, je connais des gens qui offrent des perroquets. Après, je ne sais pas si les perroquets aiment voler par 2 degrés dehors et sous la pluie. T’as qu’à regarder dans Wikipedia.

3/ Il a disparu. Le dire d’un air assez étonné mais pas trop. Ce n’est pas comme une perte, c’est une disparition irrémédiable. Faut suggérer la désintégration spontanée, voyez? On a basculé dans la quatrième dimension un peu. C’est X-files. Non, elle est pas facile celle là, sauf dans un château en écosse ou face à un adepte des enlèvements par les extra-terrestres.

4/Je l’ai prêté. Pas mal. A utiliser avec parcimonie cependant. Après y a le risque qu’on t’en offre un deuxième. Tu penses, un cadeau que tout le monde s’arrache, il est forcément du tonnerre.

5/ On m’a cambriolé. Ne fonctionne pas si vous avez un home cinéma. Faut rester crédible un minimum. Variante : « je l’avais entreposé à la cave et, pas de chance, on m’a cambriolé ma cave ». Celle là est fabuleuse. C’est ma préférée. Elle sert à ma mère depuis des années à chaque fois qu’on cherche un truc qu’elle a balancé sans nous le dire. Faut pas en abuser quand même, un cambriolage tous les 5 ans c’est déjà pas mal comme moyenne. Par exemple, pour le peignoir j’ai préféré négocier le bon d’achat…

Comment se débarrasser de ses cadeaux de Noël. Oui encore.

Vu que c’est un peu la requête à la mode depuis hier. A croire que l’internaute moyen a aussi reçu un peignoir en bambou à la place du dernier Elisabeth George.

Alors cette fois je réponds à la question:

Les alternatives à eBay et consorts

Donner c’est donner, reprendre c’est voler
Donc, inutile d’insister, le Père Noël reprends pas. Si le généreux donateur est très proche, très compréhensif et encore relativement imbibé des mets délicieux du réveillon y’a cependant moyen de négocier un échange, voire un échange contre un bon d’achat. Suivant la boutique d’origine ça peut être tout bénef.

Je te donnerai, tous les bateaux, tous les oiseaux, tous les soleils
Les associations caritatives, Restos du Coeur et autres Emmaus se font toujours un plaisir de récupérer des objets tout neuf pour les donner ou les revendre. C’est pas déductible des impôts, certes. Mais c’est une bonne action. Ça donne plein de points de karma.

Donner pour donner c’est la seule façon de vivre, c’est la seule façon d’aimer

Et pourquoi ne pas donner le cadeau qu’on n’a pas aimer à quelqu’un à qui cela ferai plaisir? Refiler le peignoir en bambou à tante Agathe, par exemple?

Une prochaine fois je te parlerai des excuses à donner quand ta tante Louise te demande où est le joli vase en porcelaine qu’elle t’a offert à Noël dernier.

Comment fêter Noël avec classe.

Non, je n’ai pas écrit de billet ces deux derniers jours. Excusez-moi par avance mais je ne vois pas l’intérêt de me creuser la cervelle pour les 5 lecteurs qui seraient passés ici.
Déjà que c’est pas la foule le week end en temps normal mais là avec les vacances, même les requêtes Google sont inexistantes. Même si j’insère discrètement « Laure Manaudou nue ». D’un autre coté il m’a fallu plusieurs mois pour avoir une seule et unique requête sur « brad pitt nu ». Le référenceur n’est pas très réactif. Au passage, merci Orange qui place mon blog en première place des réponses. Devrais-je me sentir flattée?

Bon c’est pas tout ça, mais comme vous l’avez sûrement remarqué, c’est christmas time. La guirlande électrique traverse la rue, les loupiottes poussent dans les arbres, les magasins ont décorés leur vitrines. Même que sur le guichet du métro en bas de chez moi ils ont mis un mini père noël. Oui, c’est pathétique, je trouve aussi.

Et moi, pour une fois je suis presque dans les temps : le sapin est posé et décoré; le frigidaire regorge de denrées de luxe et en attendant ce soir, les cadeaux sont entreposés dans un coffre dont moi seule ait la clef, certes pas encore emballés mais nobody’s perfect. Et puis c’est très surfait le papier cadeau.

Alors mes ptits loups, moi je vous souhaite un joyeux noël et comme vous avez été sages je suis sure que vous aurez pleins de cadeaux.

Il y a des plats qu’il vaut mieux manger chez les autres

La choucroute par exemple (oui, la raclette aussi). Depuis plusieurs années s’est installé bien malgré moi une sorte de rituel. On se retrouve à 7 ou 8, toujours à peu près les mêmes autour d’une choucroute. Que j’ai cuisiné moi-même avec mes petits doigts.

C’est, le seul plat que je fais de mes blanches mains. Je rappelle que je cuisine pas d’habitude. Quand je reçois chacun amène un truc. C’est mes potes, en même temps. Ils savent que s’ils veulent autre chose que de l’open bar faut mettre la main à la pâte. Ou aller au resto. Sauf une fois par an, où exceptionnellement c’est moi qui régale.

Donc une fois par an ma cuisine embaume la choucroute. Mon salon embaume la choucroute. Mon couloir embaume la choucroute. On mange la choucroute et l’odeur se faufile jusqu’à ma chambre. Le lendemain matin mon appart entier embaume la choucroute. Je pars travailler, je reviens. Ça sens TOUJOURS la choucroute.

Là en règle générale, j’ai des pulsions vomitives relativement fortes. Je me jette sur des bâtonnets d’encens. Mais l’odeur de la choucroute finie toujours par reprendre le dessus. La boite y passe et l’odeur s’en va. Enfin.

Oui, la raclette c’est un peu pareil. Mais j’en fais jamais chez moi. On dirai que j’ai perdu l’appareil.