De l’effet bénéfique des séries américaines sur les petits tracas de la vie ordinaire

Hier j’étais à l’hôpital.

Pour faire une biopsie. Exactement comme dans les épisodes de House Md. [Dr House in french]. J’ai vu les 3 premières saisons, alors les biopsies, c’est comme si j’en avait pratiquée en vrai. C’est te dire si j’y allais cool Raoul.

Évidement je te passe le fait que tous le monde autour de moi était paniqué et que personne pigeait trop ma coolitude. Voire même certains pensaient que je faisais semblant. Alors que si on remet les choses dans leur contexte c’est juste un ridicule petit bout de ganglion qu’on te retire sous anesthésie générale. Ça ne fait même pas mal au réveil. [De ceci retiens bien que je ne suis pas inconsciente, mais ce qui me fait peur, à moi, ce sont les résultats. Pas le prélèvement. En gros, la semaine prochaine je ferai moins ma maligne].

Vu que je n’avais pas fermé l’oeil plus de 20 minutes la nuit précédente pour cause d’interdiction formelle d’ingérer du paracétamol et que donc j’avais jonglé non stop jusqu’à 7h du mat’ avec un dos extrêmement douloureux, j’ai passé ma journée d’hosto à pioncer. A peine l’infirmière m’avait-elle donné un calmant que je profitait du répit coté lombaires pour foncer rejoindre Morphée. En gros, j’étais arrivée à 8h00 et à 9h00 je dormais du sommeil du juste.

Tu vois pas qu’ils ont du me réveiller pour me faire l’anesthésie.

Entre deux bâillements j’ai eu à peine le temps d’entrevoir la tête du chirurgien. Je peux pas te dire s’il ressemble à Gregory ou pas. J’ai juste noté que les infirmières portaient des crocs au pied. Tout de suite ça te met dans l’ambiance. Tu vois que tu n’es pas chez Air France. Alors j’ai préféré me rendormir. Christian si tu me lis, faut vraiment faire quelque chose pour l’AP- HP question costume.

Donc après trois bouffées d’oxygène, je me rendormais pour émerger vraiment… 8 heures plus tard.

Je crois que ça a quelque peu déconcerté les médecins. L’opération durait à peine 15 minutes, l’anesthésiste m’avait mis la dose pour 1 grosse heure. C’est te dire si j’avais sommeil.

Alors ils ont eu un peu de mal à me laisser partir. Fallait promettre que je dormais pas seule et patati et patata. En même temps, dormir, j’avais plus trop envie, forcément. Par contre manger, fallait pas me le proposer deux fois.

Ils ont fini par me lâcher. Mais maintenant je suis toute décalée dans mes horaires.

Publicités

Tchi Tcha. Ou comment je fais mon Antoine de Caunes.

Les chaines ça va bien 5 minutes, mais bon quand y en a marre, y en a marre. donc encore une et c’est FINI.

Alors pour la dernière qui circule, que m’a refilée Mel faut nominer 10 blogs.

Genre on se croirait avec Oscars et Marion. Sauf que les blogs qui m’apportent « bonheur et inspiration » sont déjà dans ma blogroll. Et puis linker toujours les mêmes personnes au bout d’un temps ça me saoule [Je suis de quoi? mauvaise humeur? Oui, possible].

Alors Oups! j’ai triché:

Dans la catégorie « blogueurs certifiés non influents »
Les 10 nominés sont:

.: Les mots de Camille
.: Rueblog
.: Journal d’une peste
.: Colibri et Tintamarre
.: Sex and The Pity 2.0
.: Ici et là et ailleurs
.: Le blogue de Tilly
.: BlOgOliOne
.: Les tiroirs de ma tête
.: De la sexualité des araignées

APPLAUSE.

A voté. Ou comment tu vas encore avoir des chansons

Oui 22 personnes ont voté. Tu notes au passage qu’on est bien loin de l’influence. Je précise que je n’ai pas donné mon avis. Si cet abruti de Blog It n’avait pas limité les votes à un par adresse IP, t’inquiète qu’on aurai atteint la centaine facile. Dépitée de n’avoir pas pu tricher, je me suis abstenue.

Heureusement, 2 lecteurs viennent pour les chansons. Ca me fait plaisir. Vraiment.

On s’était dit rendez-vous dans dix ans. Ou comment Copain d’Avant n’est pas mon ami.

Avec le temps va tout s’en va comme dit l’autre et moi en ce qui me concerne avec le temps j’ai fait un certain tri dans mes amis. En gros, si on s’est connu, on s’est reconnu, on s’est perdu de vue, sans vouloir te vexer c’est que j’ai carrément pas envie de te revoir.

Mais il y a des exceptions. Pas tant que ça non plus. A vu de nez je dirai 4 personnes. Des gens perdus de vus avec qui j’aurai bien gardé contact et puis la vie en a décidé autrement. [larme].

Alors entre midi et deux, au boulot, je me connecte sur Facebook et je tape leur nom. Je le ferai bien aussi avant midi et après deux heures, mais le site est bloqué parce que dating/social et productivité ne sont pas des amis. Et il arrive que je retrouve quelqu’un ou quelqu’une. On se poke, on s’envoie un oeuf et plus si affinité. Quand on se retrouve on a plein de choses à se dire. On remarque à peine les rides apparues au coins des yeux, on a de nouveau 18 ans, on papote, on papote et on se promet de ne pas se reperdre de vue. Ah non.

Parallèlement [quoique perpendiculairement serai plus approprié], il y a quelques années, je me suis inscrite sur Copain d’Avant. Sous mon nom, obligé. Jusqu’à il y a trois – quatre mois, je n’en avait gardé aucun souvenir. C’était au temps où envoyer un message était encore payant. Permets moi de te dire que c’était le bon temps.

Maintenant c’est gratuit. Maintenant je reçois jusqu’à 3 messages par semaine. Maintenant j’ai même un message de réponse que je copie/colle avec genre ma vie mon oeuvre et toi qu’est ce que tu deviens?

Le hic c’est que je n’ai pas forcément des messages de gens que j’ai envie de revoir. Déjà, ma bande de potes de lycée / post bac, on se voit toujours. On se poke même pas sur Facebook tellement on se côtoie dans la vraie vie. Je me retrouve donc avec des messages de gens avec qui j’étais entre le CP et le CM2. J’exagère à peine.

Tiens par exemple. Ce week end j’ai reçu un message d’une ancienne copine, une vraie, d’une qu’on avait 8 ans et qu’on s’échangeait nos goûters. Qu’on est contente, qu’on se programme vite vite un rencard. Oui mais. Qu’est ce qu’on va bien pouvoir se raconter? Pas d’amis communs, des boulot radicalement différents… Si ça se trouve elle a voté pour le nabot. Bref Copain d’Avant c’est l’Angoisse.

En même temps, je vais pas me désinscrire maintenant. Si mon namoureux du CM2 il me retrouve, ce serai vraiment trop bête, non?

Tiens, je m’en vais aller taper son nom sur Facebook en attendant….

[P.S pour ma fan officielle: j’ai écrit ce billet dimanche, j’ai lu le tien lundi: il faut croire que nous sommes de grands esprits.]

Une maille à l’endroit, une maille à l’envers. Ou comment hier soir c’était atelier tricot.

Hier soir je me suis tricotée une écharpe.
[Oui sur la photo on dirait une guirlande, mais en vrai non].

On ne rigole pas, merci. J’avais un besoin impératif d’avoir une écharpe rose avec des poils. Pour aujourd’hui. Ca ne pouvait pas attendre. Alors je suis allée acheter de la laine et des aiguilles.

[Note à l’attention du lectorat masculin : Messieurs, le besoin impératif d’avoir une écharpe rose avec des poils ne s’explique pas, cela fait partie des mystères de l’esprit féminin]

Malgré mon entrée en matière succinte (bonjour mdame je voudrai des aiguilles et de la laine avec des poils), la vendeuse de chez Phildar s’est montré très compétente.

Elle m’a tout expliqué les subtilités du modèle, m’évitant ainsi l’achat de la fiche explicative A12 à 19,60 euros.

C’est 16 mailles qu’elle a dit. Un rang à l’endroit, puis un rang à l’envers, puis un rang à l’endroit, puis un rang à l’envers…. bref, tu saisi le principe, jusqu’à la fin de la pelote. Elle a conclu par la formule quasi magique « Quand la pelote est finie, l’écharpe aussi ». Après elle a ajouté : si vous vous couchez un peu tard, en une soirée vous la finissez.

Je te rassure, j’avais pas tricoté depuis les cours d’EMT en cinquième. Je t’épargne l’année, sache seulement que ça fait un bail. Je n’avais plus trop la technique en tête, alors, tu te doutes bien que j’ai google-isé.

Je t’épargne la copie d’écran des dessins sensés t’aider dans ta tâche. Heureusement que je suis exceptionnellement doué pour les travaux manuels, sinon, on n’était pas rendu.

Surtout que j’ai quand même été dérangée au moins 25 fois. Sans compter les deux fois où je me suis mise à réver entre deux round et où j’ai fais surement deux rang à l’envers de suite.

C’est là que j’ai apprécié les poils de la laine. Parce que peutêtre qu’à cause d’eux tu vois pas du tout où tu en es, mais grâce à eux tu vois pas les ratages.

A la fin j’étais trop fière de moi. Et soulagée aussi. Parce que c’est long. J’y ai quand même passée 2h00. Pauses incluses.

La prochaine fois nous verrons comment réaliser un dessous de verre en macramé. T’inquiète, je ne te parlerai pas de scrapbooking, je suis nulle en collage.

je dis ça, je ne dis rien


[Aujourd’hui, mesdames et messieurs, le billet arrive tard et il est sérieux. Franchement, je ne sais pas moi-même ce qui m’a pris]

Pour avoir testé les deux, je ne comprends toujours pas comment on peut continuer de préférer Google Reader à Netvibes.

Même avec la dernière version de Netvibes que t’as 50 bugs qui te fondent dessus tel la misère sur le bas clergé breton. Sans parler de tes flux qui décèdent les uns après les autres. [Mais heureusement y a Frédéric au support technique de la France, et Fred il est super efficace, il a sauvé mes favoris du trou noir.]

Alors, toi qui es sur Google Reader, ce post il est exprès pour toi. Les autres, pouvez revenir demain.

Si vous passez de Google Reader à netvibes, vous pouvez importer vos flux RSS existants dans netvibes.

1/ Allez sur http://reader.google.com.
2/ Connectez-vous à votre compte.
3/ cliquez sur “Settings” en haut à droite la page
4/ Cliquez sur l’onglet “Import/Export”
5/ Cliquez sur le lien “Export your subscriptions as an OPML file”
6/ Enregistrez le fichier sur votre bureau (Fichier > Enregistrer sous…).
7/ Accédez à netvibes : http://www.netvibes.com
8/Cliquez sur “Ajouter du contenu” dans la partie supérieure gauche de votre page.
9/ Cliquez sur “Ajouter un flux”.
10/ Cliquez sur “Parcourir”, sélectionnez le fichier de Google Reader, puis cochez la case “Ajouter les flux dans de nouveaux onglets”.
Tous vos flux RSS de Google Reader sont désormais dans votre page netvibes.