Dans lequel il est question de foulards

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui nous allons parler mode.

Comme le dit le dicton : « quand tes cheveux tu perdras, une perruque tu achèteras ».

Certes.

Mais imaginons que d’ici deux mois il y ait canicule. Oui, je suis très optimiste. Les goûtes de sueurs dégoulinant sous la frange Any d’Avray en fibres synthétiques pseudo naturelles sont du plus mauvais effet. La femme élégante ne peut pas se permettre de suer sous sa perruque.

C’est là qu’apparaît tout l’intérêt du foulard. Aussitôt, la femme élégante se voit déjà la tête parée de carrés Hermes aux couleurs chatoyantes et chamarrées. Dépensant sans compter ses maigres indemnités journalières. C’est décidé, elle sera pauvre mais chic.

Hélas! Le foulard en soie, tel Alice, ça glisse. Le risque est grand de se retrouver tête nue, dans ce fameux métro, exposant aux regards notre crâne désespérément dépourvu de tout poil, tel Yul Brynner. Or nous ne sommes pas le roi.

La femme élégante se reportera donc sur des modèles moins coûteux en 100% coton. Elle pourra même utiliser le cheich acheté par étourderie une fin d’après-midi dans les souk d’Assouan, à cette heure où la chaleur montant du désert envahie d’une sourde torpeur l’occidental fatigué de boire tous ces thés à la menthe pour négocier l’achat d’un boite à bijoux hexagonale 6 cotés en marqueterie qu’une fois revenu en France il trouvera sur eBay pour 3 fois moins cher.

S’il n’y a pas de vent, on peut aussi porter le chapeau de paille. Ou le panama.

Publicités

5 réflexions sur “Dans lequel il est question de foulards

  1. Une capeline ou un foulard souleïado…mais ce dernier fait très féria quand même…
    Mais ça fait été aussi…Mais d’abord tu y crois à la canicule à Paris hinhinhin?

    Hier chez moi il faisait chaud, on était en Tshirt, j’ai même failli sortir les havaianas.

    Et ce matin j’irais bien faire un tour au bord de la mer car le soleil est radieux, le ciel bleu et les oiseaux chantent (enfin je crois)…y en a qui râle??

    Je réponds ici à ton com HS chez moi : je suis au garde à vouspour les pires chansons-stop- attends instructions- me marre d’avance-stop-

    ::: en tee shirt!?! Il FAUT que j’envisage de partir habiter un jour dans le sud. Il FAUT que j’arrive à convaincre mes parents et mes amis de faire pareil (parce que toute seule, sans ma tribu, bof bof)….

  2. Du côté bords de Seine, c’est plutôt « prolongeons l’hiver encore un peu ». Donc la chapka reste encore tendance une bonne quinzaine de jours… Mais à choisir avec du mouton partout, car ça donne un côté politique du plus bel effet (genre : « le XXIème siècle sera khirgize ou ne sera pas »).

    Et les pires chansons, ç’en est où ?

    ::: c’est parti!

  3. Il y a aussi le keffieh, mais tu n’as pas bien le choix des couleurs (rouge, noir ou bleu)… Tout coton, un peu exotique et si les palestiniens le supportent sous 40° à l’ombre, ça ne devrait pas poser de problème cet été.

    ::: pour avoir porté un foulard local dans le désert par 40 degrés à l’ombre, je t’assure que ça tient chaud. Mais ça a l’avantage d’éviter l’insolation!
    Evidement, à Paris, pour l’insolation je ne risque pas grand chose…

  4. Il y a des très beaux turbans pas chers dans le catalogue SO HOME de la Redoute.
    Bises

    ::: les turbans j’aime moyen. J’ai déjà des foulards en coton un peu sympa que je sais nouer de manière aussi sympa (l’habitude de crapahuter dans les déserts et de partir en vacances en Afrique…) et au pire j’irai me ruiner chez H&M

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s