Dans lequel j’appuie sur « pause »

C’est les vacances. Enfin, moi j’ai pas trop envie de me casser la tête. Et j’en profite pour te prévenir qu’en juillet il n’y aura peut-être pas un billet par jour.

Aujourd’hui par exemple, c’est relache et je vous invite à aller voir la mosaïque de masques fous que j’ai réalisé chez Hélène.

A demain les gens !

Publicités

Dans lequel je fais un régime un peu spécial

Depuis 4 jours, grâce au dernier traitement du Dr House, je me nourris exclusivement de bananes et de petits pains suédois.

Et je bois de l’eau avec du sirop de menthe.

Le reste, TOUT le reste me colle la nausée.

Survivrais-je longtemps?

Du coup, j’ai la taille mannequin. Limite anorexique. Mais vu que je ne peux pas me mettre en maillot de bain car je suis photosensible et que je risque de ressembler à ça ((si ton âme est sensible, évite de cliquer. Je sais que tu ne m’écoutes pas mais je t’aurai prévenu)), explique moi l’intérêt ….

Dans lequel je rate encore les soldes d’été

Décidemment, ça revient tout le temps cette affaire là, tu ne trouves pas? En plus avec le temps qu’il fait, quand tu sais que d’ici 3 semaines tu ne trouveras plus que des pulls en cachemire, ça met un peu la pression sur l’achat de la robe d’été, non?

D’habitude, j’ignore un peu cette période de liesse populaire vis à vis de la fripe. En même temps, je passe mes journées dans un bureau et lorsque je le quitte les boutiques sont pleines de gens et vide de fringues à ma taille.

Et pour la première fois de ma vie de travailleuse en arrêt de travail, j’ai tout le temps d’aller parcourir ces lieux de perdition en pleine journée. Je peux même attaquer à 10 heures du matin quand il n’y  encore pas grand monde. Ca fait rêver, non?

Moi aussi ça me fait rêver. Parce que figure toi que je suis dans un tel état d’épave, grâce aux traitements de choc du Dr House, que je peux à peine me lever de mon canapé. Alors aller courir les boutiques c’est carrément au-dessus de mes forces. Rien que l’idée de prendre l’ascenseur m’épuise.

C’est quand même pas de chance.

Tu me diras, il reste les soldes sur Internet…

Dans lequel il est question de tableurs.

Je suis ravie de te dire que j’ai trouvé LE produit Microsoft qui mérite d’être utilisé même si parfois il rame un peu, un logiciel irremplaçable et fabuleux. Tadam….

Microsoft Excel.

Je te sens déçu. Je ne t’ai pas dit que j’allais te donner un scoop non plus. Mais je crois que c’est le seul logiciel Windaube qui trouve grâce à mes yeux.

Sur mon Mac fort dépourvu à l’origine de tableur, j’avais trouvé rigolo d’installer OpenOffice. Pour jouer voir. Et bien j’ai vu. C’est nul.

Y a pas de raccourcis clavier à part copier/coller (j’exagère à peine). Aucune aide intuitive sur les formules, pas de possibilité de coller des lignes coupées au milieu de lignes existantes (t’inquiètes je me comprends). Les options de mise en page, une horreur à mettre en place… Multiplan en plus joli quoi.

La partie traitement de texte, je ne suis pas allée voir. Je t’avoue que j’avais un peu peur de trouver pire que mon éditeur de texte actuel (équivalent Wordpad).

Maintenant la vie est belle, j’ai retrouvé Microsoft Excel. Même si sur Mac la présentation est un peu déroutante avec des « box » qui se promènent partout façon Photoshop, à la place des barres d’outils classiques.

Ouf quoi.

Dans lequel le prix s’oublie mais la qualité reste

La semaine dernière je suis partie en quête d’une poubelle.

Oui. Encore. C’est mon nouveau hobby. A ne pas confondre avec les nains du Seigneur des Anneaux. [D’ailleurs, à ce propos, si quelqu’un avait un elfe de maison à donner, je prends. Pour faire la cuisine et le ménage. Et répondre au téléphone aussi.]

Je me suis mise en tête de remplacer ma poubelle en plastique de 50 litres par une poubelle de 30 litres all acier inoxydable avec un joli seau dedans et une joli pédale. Pourquoi? Je ne sais pas. Je suis une fille, je te rappelle. Toutes mes actions ne sont pas obligatoirement guidées par le bon sens et la nécessité.

Donc la poubelle.
La poubelle en acier, c’est cher. Mais c’est beau. Et c’est inoxydable.
Dans le feu de l’action, j’ai acheté une Braban*tia. Le must. Enfin surtout la seule marque vendue au BHV. Quand tu cherches de l’acier. Sauf que.

A peine rentrée à la maison, j’installe ma nouvelle poubelle à la place de l’ancienne et, horreur!  je me rends compte que mon sac de 30 litres est indubitablement pas du bon format. Trop large, pas assez long. Bref, il faut acheter du sac Braban*tia sinon ça va pas. Du sac que tu trouve pas dans ton supermarché habituel, évidemment. Et qui coute plus cher, forcément. Tu vas arguer que tu peux aussi y mettre du 50 litres. Certes. Après si j’achète une poubelle de 30 litres ce n’est pas pour en mettre 50 dedans.

Le lendemain, je suis retournée rendre ma poubelle.

Et pas un mystérieux hasard sur le trajet retour, je me suis retrouvée à folâtrer entre Habitat et le Bon marché. Où ils vendent de la Vip*p. Encore plus cher. Sous prétexte que c’est fait à la main par des ouvriers danois. Et toujours avec des sacs poubelles pas standard. [Au Bon Marché, j’entends. Parce que chez Habitat quand t’as vu les Braban*tia avant tu trouves que c’est un peu de la merde leur poubelles. D’accord elle coutent 100 euros de moins.]

Cette fois j’avais emmené un sac poubelle de 30 litres. Pour essayer. Oui, dans le magasin. Non, j’ai honte de rien.

Et que vois-je? Une Vi*pp de 21 litres, dont la couleur était absolument la même que mes meubles de cuisine. Et dans laquelle curieusement je n’aurai aucun scrupule à mettre des sacs de 30 litres. D’ailleurs, j’ai bien vu que mon sac étalon s’y sentait comme chez lui et me regardait avec des yeux suppliants.

Même la poubelle elle me disait « emmène moi, emmène moi ».
J’ai TRES été forte. Je n’ai pas craqué.
C’était mercredi dernier, l’heure tournait, j’avais rendez-vous à l’hôpital, pas de monnaie pour un taxi et pas trop envie de me coltiner une poubelle de 10 kilos dans le métro…
Après, le challenge consistait à ne pas y retourner.

Attention : SUSPENSE INSOUTENABLE

J’y suis retournée. Évidemment. C’est pas la misère du monde qui allait m’arrêter (quoique j’ai eu une pensée pour les pauvres – je me rend bien compte que je suis un peu superficielle).

Maintenant, dans ma cuisine, j’ai la poubelle la plus cher du monde.

Et plus je la regarde, plus je la trouve belle.

Dans lequel il est question de repas à l’hôpital

Après promis, on parle d’autre chose.
Mais je viens de passer 2 jours et demi dans une chambre, avec pour seule lattitude de mouvement les 4 mètres de fil qui me reliait à une perfusion, avec rien à faire de spécial. À part pipi. Souvent et beaucoup. Dans un bidon gradué. Alors je suis un peu traumatisée.

La principale attraction de ces journées, ce furent donc les repas.

Analyse.

Alors le premier soir, j’ai eu ça ((J’avais aussi embarqué l’APN. Et des cookies LP. J’ai merdé sur la carte 3G mais pour le reste, au dépourvu on ne m’aura pas prise.)):
C’est une salade de haricots verts. Avec des noix.
Tu fais des Ah! des Oh! jamais ne me lasse mais je vais te calmer tout de suite : c’était pas bon. Quelque part entre le moyen et le franchement dégueu. Le haricot vert d’hôpital chaud c’est déjà fadasse; mais alors froid c’est carrément infect. d’autant qu’ils m’ont collés au régime sans sels ni sucre. Heureusement, en dessert y avait des abricots très très froids. En fermant les yeux je me serai crue à Louxor ((Les fruits gelés c’est ce qui m’a marqué à Louxor. La vallée des rois aussi, je te rassure. Ou pas. J’y étais en 199… ahem.. et  dans les hôtels à touristes, pour êtres sûrs que leurs fruits ne pourriraient pas ils les conservaient au frigo))

Le midi suivant c’était paella.

Tu te poses la même question que moi: mais où qu’elles sont les moules ? Cherche pas, y en a pas. Ca doit pas être assez « safe » comme aliment.

Pour continuer dans la perplexitude, il y avait aussi incohérence au niveau de la présence de sel dans la vinaigrette de la salade de tomate. En images:

Le soir, on a touché au sublime. Y a même pas de photo tellement c’était infect. J’ai mangé que la pêche glacée. Et mes cookies LP.

La prochaine fois, j’emmène des pommes, des poires… même les scoubidous ça doit être meilleur.