La recette du mardi

Tu peux faire péter le champ » , ami lecteur, J’inaugure aujourd’hui une nouvelle rubrique. La recette du mardi qu’on va l’appeler. Original, je sais, je sais.

Et on va commencer très fort avec le tagine aux épices que j’ai fait pour la première fois samedi et qui s’est révélé pas bon. Mais rassure toi, je sais pourquoi, je ne vais donc pas te laisser en plan avec ma recette pourrie, je vais te donner les indications nécessaires pour que le tien soit réussi (attention: le secret est révélé dans le texte sous l’image, il faudra donc que tu lises tout jusqu’au bout).

Comme je suis trop sympa, si tu positionnes le curseur de ta souris sur la recette en image ci-dessous, que tu cliques sur le bouton droit et que tu sélectionnes « enregistrer l’image sous » et bien tu peux récupérer la recette avec les photos. En théorie le format est pile poil du A4.

Mais trève de bavardage… La recette en image :
(dans laquelle j’ai oublié de préciser que la viande utilisée était de l’épaule de veau désossée. Et aussi que « cc » ça veut dire cuiller à café.)

D’après la recette originale, la viande une fois sortie du four doit être fondante. En fait elle était surtout très sèche, malgré la profusion de liquide qui n’avait pas vraiment diminué lors de la cuisson. Et en mangeant mon tagine, accompagné de semoule, je me disais que j’aurai du suivre ma première intuition: ne pas le cuire au four mais le laisser mijoter dans la cocotte.

Publicités

Dans lequel je retourne chez Netvibes

C’est lundi. Ce week end c’était le printemps. Même si on n’en a pas profité vu que la pépette parle comme un fumeur de gitane, tousse comme un fumeur de havane et fait des pics de fièvres à 39 vers 17h que c’est trop rigolo de lui coller un suppo en lui faisant des prises de sumo ((je suis poète le lundi)).

Ce matin (enfin) débarrassée de la grande malade (faites qu’à l’école ils ne remarquent rien…) je vais enfin pouvoir te faire part de la grande nouvelle : je viens d’abandonner Gogole Reader pour renouer avec mes anciennes amours, Netvibes.

Oui, désolé, lundi c’est geekeries. Et aujourd’hui, au menu, c’est agrégateur de flux ((je suis VRAIMENT poète le lundi)).

Parce que Gogole reader c’est bien mais il y a deux petits défauts par rapport à mon utilisation quotidienne:

– J’ai 2 adresses gmail (gogole donc). Et mon Gogole Reader il est sur une seule des deux. Et c’est le binz lorsque j’enregistre un nouveau flux. Une fois sur deux c’est pas sur la bonne adresse. Et ça m’énerve.

– Si tu veux lire les commentaires il faut ouvrir le site. Donc j’ouvre un flux, je clique pour accéder au site, évidemment, je ne referme pas l’onglet, bilan : il est même pas 10h du matin que j’ai 50 onglets ouverts. Et ça m’insupporte grave.

Suite à la lecture de CE blog, j’ai été jeter un oeil à Pagesflakes. Mon petit coeur empli d’espoir. Et bien Pagesflakes, c’est du copie conforme à Netvibes, visiblement les bugs en moins. Chouette, chouette, me dis-je… Sauf que. Pageflakes refuse d’importer mes flux en provenance de Gogole reader. Soit disant qu’il ne reconnait pas le fichier. Pff… Et moi je n’ai aucune envie de perdre mon temps à saisir une centaine d’adresses de flux.

C’est comme ça que je suis retournée faire un tour sur Netvibes. J’ai mis à jour mes adresses de flux (lui il a bien voulu de mon fichier) et maintenant je regrette la fonction « suivi » de Gogole qui était bien pratique pour suivre les commentaires.

Jamais contente.

Edit de 15h53: j’ai repris gogole reader. J’avais oublié que Netvibes me plantait mon renard de feu…

Dans lequel je prends un livre page 123

Allez, un petit tag. Ca faisait longtemps.

1. Citer la personne qui vous a tagué : Pivoine
2. Indiquer le règlement du jeu :
– choisir un livre et l’ouvrir à la page 123
– recopier à la cinquième ligne les cinq lignes suivantes
– indiquer le titre du livre, le nom de l’auteur, de l’éditeur et l’année d’édition.

Dumbledore ne veut pas qu’il y ait trop de hiboux qui volent autour de la place, il pense que ça éveillerait les soupçons. Ah oui, tiens, j’ai oublié…
Il s’approcha de la porte et ferma le verrou.

Harry Potter et l’Ordre du Phénix, J.K. Rowlings, Folio Junior, 2005.

En fait je suis en train de lire le tome suivant (et dernier) mais je ne voulais pas savoir à l’avance ce qui se passe page 123.

3. Taguer quatre personnes: tout le monde l’a fait, non? Non? Bon et bien Lili et Lolo ((mouarf mouarf – même pas fait exprès)) puisque vous avez été oubliés: à vous !

DERNIERE MINUTE : Ckankonvaou a eu la bonne idée de transformer le tag en concours. Amusez-vous bien!

Dans lequel je trouve (enfin) les bottes idéales

En ces temps où nous pouvons considérer l’été indien définitivement comme une légende urbaine, quoi de plus adequat que des bottes pour parcourir la ville?

Y a les low-boots tu me diras.

Certes, mais petit « a » je trouve ça moche et petit « b » quid du courant d’air au niveau du mollet? Et puis la low boots avec une jupe, honnetement, tu trouves ça chic et élégant, toi? T’es pas obligé de mettre des jupes non plus, me retéorqueras-tu. Mais on s’égare, on s’égare, revenons au sujet du billet : les bottes.

Alors, jusqu’à la semaine dernière j’avais ça:

Et vendredi j’ai trouvé mon Graal de la botte. Zieute un peu les merveilles.

– Talon de hauteur raisonnable. Je peux courrir avec sans me vautrer. Dans l’absolu, je ne cours jamais mais au cas où, je ne tomberai pas.

– Fermeture jusqu’en bas : ton pied glisse tout seul hors de la botte. Tu n’es pas obligé de faire appel à un tiers pour tirer dessus et accessoirement t’arracher le pied.

– Pas de boucle – fileuse de collant. Juste un joli noeud (qui a tendance à se défaire tout seul, mais une goutte de colle devrait y remédier)

L’image est bizarrement cadrée, mais va prendre tes mollets en photo et on en reparle.

Dans lequel je prête ma voix

J’ai un train de retard (enfin deux) rapport à mon petit séjour à l’hosto, mais c’est pas grave, on fera comme si c’était tout neuf.

Lolo, le roi du livre audio, après nous avoir l’an dernier régalé avec le Tour du Monde en 80 jours de Jules Verne ((tu me dis si j’en fait trop?)), s’attaque cette année au Dernier jour d’un condamné de Victor Hugo.

Au cours de cette fascinante lecture, tu auras le plaisir d’entendre de temps à autre ma douce voix. Pour les chapitres de transitions et le têtes de chapitre, en fait. Tu vois t’es même pas obligé de te farcir tout le bouquin audio, juste t’écoute le début de chaque fichier. (En même temps tu aurais bien tort de t’arréter là, car le bouquin est très bien, si, si, je te jure)

Donc, pour se faire, le choix suivant s’offre à toi:

Bonne écoute !