Du neuf avec du vieux

Mon Macbook est réparé.

Ouf nous écrions nous tous en choeur.

D’ailleurs, au prix des 10 minutes de main d’oeuvre j’ai presque envie de me reconvertir en docteur Pomme, tiens.

Il a eu droit à un nouveau disque dur. Un mars et ça repart. Trop de la chance. J’ai donc passé mon aprèm à réinstaller des programmes, recopier quelques fichiers (surtout de la musique et des photos). Quelques pertes à déplorer, mais rien de grave.

Je pars sur des bases nouvelles comme qui dirait.

Publicités

Je vous écris d’un PC

Mon Macbook est très malade.

Hier il n’a pas voulu démarré. L’écran est devenu tout gris et il n’arrêtait pas de dire que la taille de son noeud B tree n’était plus valide. J’ai fait tout ce que je pouvais mais je me suis vite retrouvée désemparée. 

Alors tout à l’heure je l’emmène à l’hôpital.

Je ne suis pas complètement déconnectée, heureusement, il me reste un PC. Même s’il prend mon iphone pour un APN…

Dans lequel on apprend les bonnes manières à nos enfants

image-1[Désolée les gens mais ce billet s’adresse surtout aux parents. Les autres vous pouvez rester quand même parce qu’on va bien rigoler.]

Suite à un billet de Daydrimer, j’ai découvert l’émission Bien dans ma vie. Je ne m’en suis toujours pas remise. Bon, je n’ai pas regardé tous les sujets (merci M6 replay) seulement celui qui m’intéressait – et qui actuellement chez nous est même d’actualité brûlante – comment apprendre les bonnes manières aux enfants ( si tu veux voir l’émission c’est juste après les extensions de cheveux à 14″33).

J’apprends les formules de politesse à mes enfants. Trop facile. Il suffit d’être poli avec ses enfants pour qu’ils le soient en retour (par imitation). Tu dis? C’est l’évidence même? Oui mais je te rappelle qu’on regarde M6. Retour dans la réalité avec notre enfant test : La Pépette. Depuis qu’elle est née, machinalement je lui dis bonjour le matin, au-revoir quand je la laisse à la crèche / école/ chez ses grands parents, s’il te plait passe moi le sel et « merci » lorsqu’elle allume la lumière à ma place tandis que je suis vautrée sur le canap et que l’obscurité envahi le séjour  (quoi?  mais oui je sais que c’est une enfant et pas un elfe de maison).

Alors « au revoir » elle le dit. Enfin, elle ne le dit pas, elle le mime. Elle fait le mouvement avec la main. A croire qu’elle est muette. « Merci » elle le dit quand elle est décidée. Que ça vaut le coup. Genre pour un truc qui déchire. Un gatal au chocolat par exemple. Pour « bonjour » et « s’il te plait » tu peux te brosser (Martine). Comme on n’est pas des tortionnaires, on se refuse à ne pas lui donner ce qu’elle demande s’il n’y a pas le mot magique qui va bien. Peut être qu’on a tort, mais vu comment elle est têtue, je ne suis pas sure qu’on gagnerait.

Bien se tenir à table. On a commencé trop tôt. Dans l’émission, ils disent de les faire manger à table à partir de 4 ans. La Pépette elle mange avec nous depuis l’âge des purées de légumes.  A un ans quoi. Donc sans le savoir on s’en est pris pour trois années de plus à rabâcher « mange pas avec les doigts »  » joue pas avec le couteau » reste assise »….  Et on n’est pas sorti du bois puisqu’il semblerait qu’à 12 ans elle aura un portable et qu’on devra y ajouter « éteins ton portable ». Merci M6 de me prévenir.

La vie en société. Là c’est énorme. Avec l’enfant idéal tu lui donnes son jouet préféré et tu lui apprends que c’est trop bien de jouer tout seul, surtout quand maman est au téléphone. Avec la Pépette, pour téléphoner tranquille, tu mets Dora l’Exploratrice et tu pars t’enfermer dans les ouatères. Tous les voisins profitent de la conversation grâces aux colonnes d’aération mais c’est pas ma faute si c’est la seule pièce de l’appart qui a un verrou.

Quand l’enfant a bien assimilé le concept, il faut lui apprendre que c’est vachement bien aussi de jouer avec les autres au parc. Nous on a dû louper un truc parce qu’au parc aussi elle joue toute seule, vu qu’elle n’y va que pour faire du toboggan. Le bac à sable elle s’en fiche comme de sa première couche. Dommage car là encore M6 a la solution: il faut emmener tout en double: seau, pelle, râteau (déjà que t’es pas assez chargée comme ça) pour que ta descendance elle se fasse des copains et apprenne le partage. Enfin si tous les mômes se pointent avec deux seaux, tu m’expliqueras où il est le partage. Surtout qu’ immanquablement c’est toi qui fini par faire le château de sable.

Les gros mots. Alors là on se marre carrément. Surtout quand les parents sont comme nous et utilisent dans leur vocabulaire courant les plus beaux jurons de la langue française. La spécialiste invitée de l’émission suggère de proposer à l’enfant des mots moins gros genre flute, zut et saperlipopette. On ne s’en serai jamais douté. Mais, honnêtement, lorsque je casse un vase, c’est pas « saperlipopette » qui sort spontanément. Alors après va expliquer à ton enfant qu’il doit t’imiter quand tu dis « bonjour » mais pas quand tu laisses échapper un léger « fait ch*er put$in de b*rdel à qu% » de pompe à m%rde ». Alors Bien dans ma vie a bien une solution: s’il veut vraiment dire un gros mot: il va le dire au toilette et il tire la chasse (bonjour les économies d’eau). Mais où je vais téléphoner moi alors?

(Oui je sais, je sais…. Mais depuis le temps que je n’ai plus la télé j’avais oublié qu’ il fallait laisser tout espoir à l’entrée..)

Dans lequel j’ai piscine

piscine_07Alors que je me débattais entre le parc, les légos, les livres et les dessins animés, retardant au maximum le moment où je n’aurai plus d’autre choix que de me farcir Guignol, j’ai pris mon courage à deux mains gantées de polaire, mis mon gros manteau bien chaud et embarqué la Pépette à la piscine

Et bien je regrette juste de ne pas l’avoir fait plus tôt. On y est allé un matin, il n’y avait pas un rat dans le petit bain et on a pataugé pendant une heure. Une fois rentré la demoiselle était HS. Et ça c’est exceptionnel. J’ai même cru qu’elle allait faire la sieste, mais non. Vers 16h elle a repris du poil de la bête alors je l’ai envoyé faire du vélo avec son popa.

Le lendemain matin elle a fait grass’ mat’ jusqu’à 8 heures, un truc de ouf.

Je crois qu’on va y retourner souvent…

Le seul défaut c’est que je ne peux pas en profiter pour lire un bouquin tranquillou faire des longueurs dans le grand bain. Je dois rester dans le petit bain à proximité de l’apprentie nageuse,  le maître nageur surveille et n’hésite pas à rappeler à l’ordre.

Combien d’oranges pour un litre de jus

orangeD’après mes requêtes Google, c’est quand même LA question que se pose l’internaute moyen, alors voilà la réponse.

Pour obtemir 1 litre de jus, il faut en moyenne 16 oranges.
Sans la pulpe.

Toi, lecteur assidu, peut être que tu t’en fiches, mais je ne pouvais pas laisser le net mondial dans l’ignorance.

(Pour ceux qui n’ont pas d’amis, par contre, je n’ai pas la solution. )

Dans lequel je m’extasie sur la technique

img_0646Avant d’avoir un iPhone lorsque j’allais quelque part, par exemple bruncher avec des copines au Breakfeast in America, c’était toute une organisation.

D’abord, je sortais l’ordinateur pour regarder l’adresse sur ViaMichelin, histoire de cerner un peu le quartier, puis sur RATP.com, histoire de voir comment y aller, enfin je mettais mon plan de Paris dans mon sac et roule ma poule.

Aujourd’hui, tout est plus simple.

Je pars. Dans l’ascenseur (10 étages = 10 minutes… j’exagère à peine) je sors mon iPhone, j’appuie délicatement sur l’icone « plan », je saisi l’adresse et cette merveille de technologie me donne immédiatement le plan du quartier, les métros, l’itinéraire, les embouteillages… manque plus que la téléportation en fait.

D’ailleurs, puisqu’on parle brunch au BIA, j’étais tellement à la bourre dimanche dernier pour retrouver mes copines, que j’ai pris un taxi (2 changements de métro un dimanche, soit au pire 3 fois 8 minutes d’attente en moyenne… même l’iphone ne pouvait rien faire).

Et je suis tombée sur un taxi avec de la lecture à disposition. Comme chez le coiffeur. Génial non?

taxi