London’s calling

L’autre fois, quand j’étais à Londres, il a plu. Bon, ce n’est pas très original. Sauf qu’il a surtout plu pile poil au moment où je passait devant Big Ben, au niveau du Westminster Bridge (l’équivalent touristique du Parvis de Notre Dame de Paris, pour te situer).

Comme à leur habitude, les anglais ont aussitôt fait apparaitre par magie des parapluies (ils sont trop fort, parfois tu ne sais pas comment ils font: ils n’ont pas de poches, pas de sac, il se met à pleuvoir à seaux et paf! en moins de deux secondes ils ont un parapluie qui se matérialise au dessus de leur tête – Si tu veux mon avis, ce n’est pas pour rien si c’est le pays d’Harry Potter).

A Paris, quand il flotte, déjà il n’y a pas grand monde dans les rues, mais en plus les parapluies sont gris, noirs, marron… tristes quoi. Là – bas ils sont bleu pétant, rose flashy, jaune poussin etc… un vrai festival de couleur.

Evidemment dès le lendemain, je me suis mise en quête d’un parapluie aux couleurs joyeuses. Que je n’ai jamais trouvé puisqu’il a fait un temps magnifique…

Publicités