Joe chante Noël

J’étais en train d’écrire mon billet de bonne année, je cherchais une video rigolote pour l’illustrer et voilà que je tombe sur un truc carrément collector.

(je ne pouvais décemment pas finir l’année sans une video de Joe)

Publicités

Quand j’étais petite…

Je m’ai faite taggée par Lolobobo. Y’avait longtemps!

1/ Quand vous étiez petit, que répondiez-vous à la question : « Et toi, que veux-tu faire quand tu seras grand ? »

Me souviens pas. Croyez pas que j’y mets de la mauvaise volonté, je ne m’en souviens vraiment pas. Instit ou princesse j’imagine, comme toutes les petites filles.

2/ Quels ont été vos BD et dessins animés préférés ?

J’étais une fan absolue de Tintin et Asterix, puis un peu plus tard d’Edgar P. Jacob. Pour ce qui est de la télé, je ne loupais jamais Récré A2 et ses chefs d’oeuvre: Goldorak, Albator, Candy et Capitaine Flam. Et je garde un souvenir ému d’Autobus à Imperial (c’est malin, maintenant tout le monde va savoir que je n’ai pas réellement 26 ans),

3/ Quels ont été vos jeux préférés ?

Je passais des heures à construire des maisons avec des Légos. Je sais c’est pas un truc de fille, mais je n’ai jamais aimé jouer à la poupée. Je préférais les circuits de voitures.

4/ Quel a été votre meilleur anniversaire et pourquoi ?

Je n’aime pas les anniversaires. Cette manie de compter le temps qui passe m’exaspère. Je ne fais jamais l’effort de retenir les dates, du coup. Et mon anniversaire tombe juste après les fêtes de fin d’années, me privant souvent d’une fête, voir d’un cadeau dédié, je l’aime encore moins.

5/ Qu’est-ce que vous auriez absolument voulu faire que vous n’avez pas encore fait ?

Marcher le nez au vent dans les rues de Bénares. Mais mon petit doigt me dit que ça va se réaliser bientôt .

6/ Quel était votre premier sport préféré ?

Mon quoi?

7/ Quelle était votre première idole de musique ?

Je ne saurais dire. Plus tard, vers 15 ans j’étais fan de Depeche Mode, Cure et autres groupe de chanteurs tout de noir vêtu et aux cheveux crêpés. Même Indochine, j’aimais bien (c’est dire).

8/ Quel a été votre plus beau cadeau de Noël (ou équivalent) que vous ayez reçu ?

Euh…. aucune idée. Déjà je n’ai jamais eu beaucoup de cadeaux rapport à mon anniversaire 10 jours après (mode Cosette « ON »), alors le plus beau ??? JOKER

Comme je suis trop sympa, je ne taggue personne. Si ça vous branche, prenez (et dénoncez vous dans les commentaires).

Episode neigeux

Samedi dernier je fêtais Noël en famille (oui, on avait une semaine d’avance – on est free de la date). Mais comme tu t’en souviens, il y’avait météo défavorable. A tel point que le bison futé recommandait d’éviter tout déplacement qui ne s’avérait pas nécessaire.

Moi j’estime que manger du foie gras artisanal c’est un déplacement nécessaire.

Sauf que parents et tantes étaient pas trop chaud pour attaquer la route verglacée. C’est qu’on est en majorité parisien et que la fête avait lieu au fin-fond du 78. Je crois qu’on ne s’est jamais autant téléphoné, emaillé, textoté que pendant les trois jours qui ont précédés le Grand Voyage. Mon père avait même réquisitionné pour l’occasion un de ses potes travaillant à météo France qui nous alertait presque en temps réel de la probabilité de tombage de flocons.

Moi je m’en fichais, je voulais manger le foie gras artisanal. Comme c’est moi qui convoyait la Cellule de Crise familiale, bah on y est allé. Et les cousins ont suivis. Sauf ma mère, qui avait peur de devoir dormir dans la voiture. On partait à 11h du matin, pour te donner une idée du risque.

Mon père, en prévision du risque sus-nommé, avait jugé absolument nécessaire d’envahir mon coffre de denrées diverses et variées. Et de couvertures. Au cas où on serait restés bloqués la nuit et qu’on aurait eu un petit creux malgré le repas gargantuesque qu’on s’apprêtait à faire. Et heureusement que le coffre était plein, sinon à tout les coups j’aurai du me coltiner le jerican vintage. D’ailleurs, je m’étonne encore que mon père ait si peu insisté pour que je prenne des chaînes (je suppose qu’il les gardait mystérieusement planquées au milieu des couvertures de survie).

Bref; nous partîmes et nous arrivâmes. Et bien c’était vachement joli, toute cette neige recouvrant les vallées entourant l’autoroute A13 au sortir de Paris. Bon d’accord, on a tous un peu blêmi quand les flocons se sont remis à tomber sur le coup de midi, mais on s’en fichait, on était pratiquement en vue de la marmite de foie gras.

On a donc ripaillé, échangé des cadals, fait des batailles de boules de neige. On se serait cru à Courchevel, un peu. Si on avait eu encore faim, on aurait pu manger une fondue.

Le soir pour rentrer, on a moins rit. Surtout quand il a fallu conduire les voitures sur 10cm de neige. Et je ne te parle même pas de l’autoroute. Au final, nous remercierons mes pneus neiges (vintages eux aussi) grâce auxquels on était un peu les rois de la route.

Le mal ne dort jamais

Je suis sous le choc.

Pour la première fois en deux fois 20 ans, j’ai été la cible d’un pickpocket du métro. Alors que je suis d’une prudence redoutable (rapport à toutes les fois où j’ai été témoin de vol à la tire et de pickpocketerie.)

Je te raconte.

L’autre fois, alors qu’il était à peine 09h30 du matin, j’étais assise dans le métro, le sac sur les genoux. Le métro arrive au terminus, je mets mon sac sur le dos, je sors de la rame et je file tel Buzz l’éclair à travers les nombreux couloirs. Et soudain, sur la fin, alors que je descends les dernières marches vers le quai de ma correspondance, je sens comme un flottement dans mon sac à dos.

Je le fais passer devant moi et que vois-je? La poche principale et la petite poche sur le devant grandes ouvertes!

Évidemment, je ne me suis rendue compte absolument de rien: pas de bousculade, pas de frôlement suspect, nada.

La bonne nouvelle, c’est que comme je trop futée pour mettre quoique ce soit de valeur dans un sac à dos non cadenassé, mon pickpocket a fait choux blanc. Dans le compartiment principal j’avais un second sac rigide (avec mon appareil photo dedans mais tellement lourd et coincé qu’insubtilisable) et dans la petite poche du gaffer et une poire à lavement. Rose. Pas de quoi intéresser mon voleur.

Depuis je me félicite de cette bonne vieille habitude que j’ai de ranger papier, clef et téléphone portable dans les poches de mes vêtements.

(Si tu veux savoir quel est le rapport entre du gaffer et une poire à lavement, je ne saurai trop te conseiller de suivre assidument le fil RSS de mon autre blog La Photo pour les nuls.)

L’énorme concours à Manu

Gens de la Blogosphère, figure toi que Manu organise un concours, the last but not the least, comme tu vas le voir.

Je te résume le thème

Votre meilleure recette de réveillon.
(concours exclusivement réservé aux blogueur(se)s non-culinaires)

Et à ce moment là, Manu elle ajoute cette phrase sublime : « Vous pouvez même recycler une recette déjà publiée, je ne suis pas sectaire ! »

Donc Manu elle me demande MA recette de Nawel (hi hi hi hi)

Ben, la voilà:

AVERTISSEMENT: Attention, les images ci-dessous peuvent choquer. Particulièrement le passage où je sors un plat du four à mains nues (#fail) Mais le chat n’a absolument pas été maltraité pendant le tournage.

Désolée….