La problématique du haricot

Acte 1
Août 2011. Mes parents passent quelques jours en Alsace. J’en profite pour leur demander s’ils peuvent me rapporter du miel de printemps (le crémeux- miam). Sms au retour de leur séjour « on a pas trouvé ». Bon OK, tant pis, je m’en commanderai via l’Internet.

Sms une semaine plus tard « passe à la maison, il y a un pot de miel crémeux pour toi ». Immédiatement j’en conclu que malgré ma demande d’une étonnante précision, ils m’en ont acheté au supermarché du coin.

D’accord, c’est gentil, mais j’aurai pu y aller moi-même. Et surtout, il n’est absolument pas alsacien. Evidemment, comme ce n’est pas la première fois qu’ils sont à coté de la plaque en ce qui concerne mes demandes pourtant toujours hyper précises de psychorigide monomaniaque, en tant que bonne fille bien ingrate je leur SMS  » merci mais je voulais du miel d’Alsace, le supermarché je peux y aller. »

Ingrate oui. Prête aussi à faire face à la répartie habituelle « t’es jamais contente! » (que cette fois ils n’ont pas dit, mais je suis sure qu’ils le pensaient très fort.)

Acte 2
Octobre 2011. Un dimanche. Je suis à 500 bornes de chez moi. J’appelle mes parents en panique  » je suis au milieu de nulle part, y’a même pas un Monop et il me faut impérativement des graines de haricots pour demain (je t’épargne les détails, mais en résumé c’était pour l’école) Est ce que vous pourriez passer au marché et récupérer 2 ou 3 coco plats chez le marchand de 4 saisons? »

Je rentre à Paris, me précipite chez mes parents récupérer l’enveloppe sacrée, rentre chez moi, l’ouvre… Et trouve que les cocos plats ont une drôle d’allure, tant en terme de haricot que de graine fraichement écossée. J’appelle mes parents, qui m’expliquent qu’ils sont allés chez le grec, tu sais celui qui vend de la moussaka et des feuilles de vignes farcies, et qu’il leur a vendu direct les graines, c’est pas tip top ça?

Contrairement à l’acte 1, j’ai grandement remercié mes géniteurs pour tant d’ingéniosité… Avant de cavaler ventre à terre chez Truffaut toper de la graine de haricot. Tout en priant pour que ce soit de la graine de compet’ qui aurait le bon gout de germer en moins de 12 heures.

Depuis je m’interroge. OK j’ai été super diplomate, j’ai évité largement le « t’es jamais contente », voire j’ai fait la joie et la fierté de la famille avec ma gratitude bruyante à défaut d’être réellement sincère, mais désormais mes parents pensent qu’on fait pousser un haricot en plantant une vieille mogette déséchée…

Publicités

6 réflexions sur “La problématique du haricot

  1. pas grave visiblement ça ne fait pas partie d leurs besoins quotidiens alors laisse couler, reste diplomate, pour une fois…
    Les haricots, lentilles et autre légumineuses ont du signer un contrat d’exclu avec les écoles… et ont permis de constater que la main verte, ou pas, c’est héréditaire… miss a réussi a faire crever son haricot à une vitesse assez époustouflante… elle a fait naitre 4 générations le temps que ses copains viennent à bout de la première, seule et unique de la classe…

  2. ils auraient pu t’acheter une boîte de conserve de haricots cuisinés, ne te plains pas 😉
    (en parlant de miel j’attends celui de mes parents d’Ardèche depuis un bon moment, je ne sais pas ce qu’ils foutent)
    (et je ne parle pas du saucisson)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s