L’épopée du vaccin antigrippe

vaccinEt quand je dis « épopée » j’exagère à peine.

Tout a commencé mi septembre, quand le docteur House (tiens ça faisait longtemps) m’a dit « faudrait peut être voir à  vous faire vacciner contre la grippe, non? vous en pensez quoi? Moi, franchement, j’en pensai que le vaccin c’était le mal, rapport qu’au boulot tout ceux qui se font vacciner par le médecin du travail ils chopent toujours un gros virus bien méchant juste après la piquouze. Même que maintenant on fait des paris dessus. Alors, tu penses, je n’étais pas trop pour.

De toute façon, mi-septembre, le vaccin il était pas encore sorti (c’est comme les films américains: t’as six mois de promo avant la distribution en salle).

Mi-octobre, le docteur House – oui, on se voit une fois par mois en ce moment. Je me fais perfuser des anticorps toutes les 4 semaines dans son hôpital. A propos, ça me fait penser de te demander, s’il te plait, d’aller donner ton sang. Pour qu’après moi j’ai des anticorps.

Donc, je disais, mi-octobre je dis au Docteur House, l’air de rien « alors c’est mieux si je me fais vacciner contre la grippe saisonnière?’ « C’est comme vous voulez, mais oui c’est mieux » qu’il a répondu. Et puis il m’a fait une ordonnance.

Je me pointe à la pharmacie et voilà que la pharmacienne m’explique que le vaccin elle ne peut pas me le donner parce que je n’ai pas le papier de la sécu qui va bien.

« J’ai peut être pas le Cerfa, mais je peux mourir à cause de la vilaine grippe » que je lui assène. Faut croire qu’elle a eu un peu peur, parce qu’elle a réfléchi un peu et elle a dit « je veux bien vous le vendre mais vous allez devoir le payer. L’ordonnance de prise en charge à 100% que vous avez là, elle marche pas ».

Alors je lui ai dit de laisser tomber (en pensant très fort que son vaccin et son cerfa elle pouvait se les coller facile en intraveineuse) et je suis repartie, avec une idée lumineuse en tête.

Comme le médecin du travail venait la semaine suivante piquouzer à tout va les volontaires, je me suis mise dans la liste.

Fin octobre, me voilà donc devant le toubib, qui se met à me poser plein de questions sur ma santé (clairement elle n’avait pas révisé ses fiches) et qui commence à verdir quand je lui explique mon problème d’anticorps. « Ah mais je ne peux pas vous vacciner, qu’elle me sort, si vous n’avez plus d’anticorps, vous risquez d’attraper la grippe ».

V’là autre chose.

Hier, je retourne voir le Docteur House, pour ma perfusion mensuelle d’anticorps justement et je lui explique mon problème de vaccin. Et puis j’ajoute que finalement  je n’étais plus tellement motivée. Tout était un peu contre moi aussi.

Il n’a pas trouvé ça drôle du tout. Il a fait les gros yeux et m’a envoyé fissa à la pharmacie avec une nouvelle ordonnance (j’ai lu dans son regard qu’il était capable de téléphoner pour vérifier que j’en ressortais bien avec la boite magique).

Comme après j’avais boulot, j’ai pas pu me faire piquer à l’hôpital.

J’ai un peu hésité entre le médecin généraliste (1 heure d’attente facile), Belle maman qui vient samedi (ancienne infirmière, oui mais ancienne quoi) et l’infirmière du coin de la rue. J’ai choisi cette dernière. Qui m’a gentiment fait passer devant tout le monde et m’a piqué en un temps record.

Donc voilà, malgré le sort qui s’est un peu acharné, je suis vaccinée.

Si j’attrape la grippe, tu crois que je peux réclamer au docteur House les 12, 55€ que m’a finalement couté cette plaisanterie?

Publicités

Viens donner ta moelle

732405065_small

2009 a été décrété année du don de la moelle osseuse ou un blabla du même nom.

Oui, blabla parce que quand tu n’as pas été confronté au problème ça ne te bouleverse pas plus que ça. (Et quand tu as été confronté, sois t’es plus là pour en parler, sois tu peux plus donner parce que ton sang a été pourri par les chimios)

Cas pratique n°1: MaO se chope un lymphome l’année dernière. Sachant que tous les mois pendant 5 mois il lui fallait environ deux poches de globules rouge et une poche de plaquettes, que chaque poche fait 600ml, combien aurais-tu du donner de sang pour lui sauver la vie ?(heureusement que je t’ai pas attendu, hein?)

Je relève les copies dans 1 heure.

Cas n°2: MaO a eu bien de la chance parce qu’il lui fallait de la moelle osseuse mais coup de bol on pouvait prendre la sienne pour lui réinjecter.

Mais ce n’est pas toujours possible. Et beaucoup de malades ont besoin d’un donneur compatible pour que leur vie continue.

Pour les chochotte, je précise que don de moelle osseuse n’est rien d’autre qu’un don du sang (on a dit moelle osseuse pas épinière, suis un peu). C’est juste un peu plus compliqué parce que tu t’inscris et on t’appelle quand on a besoin de toi. Enfin de ta moelle.

Ca dure une heure à deux heures. C’est comme un don de plaquettes. T’as une aiguille dans chaque bras. Ton sang est prélevé d’un côté. Il passe dans une grosse boite qui sépare les cellules souches de moelle osseuse du reste du sang. Enfin il revient dans ton corps par l’autre bras. Magique.

Qu’est ce que t’attends, hein?

http://www.dondemoelleosseuse.fr/

Article NON sponsorisé (je précise, parce qu’il va y en avoir)

Critères et étapes clés:

Conditions minimales:

1. Etre âgé de plus de 18 ans et de moins de 51 ans.
2. Se savoir en bonne santé.
3. Répondre à un questionnaire de santé.
4. Faire des tests biologiques, qui permettront notamment de déterminer le groupe HLA.
5. Accepter, comme l’exige la loi, l’anonymat entre le donneur et le malade.
6. Informer le centre de prélèvement de tout changement important concernant son état de santé ou son lieu de résidence.
7. Durée d’inscription sur le fichier : jusqu’à l’âge de 60 ans.

Le questionnaire de santé:

Pour la sécurité maximale du malade comme pour celle du volontaire au don, le médecin du centre donneur l’interrogera sur :
• son état de santé récent ou ancien ;
• sa vie personnelle.
L’une des clés de la sécurité du malade est donc la franchise lors de l’entretien avec le médecin de prélèvement.

Les examens cliniques et les tests biologiques:

Effectués à partir d’une prise de sang, ils sont très classiques :
• groupe HLA, sérologies virales,
• groupe sanguin ABO et rhésus.

L’engagement du donneur peut être révocable à tout moments

Voilà, c’est fini*

(* Jean Louis Aubert)

.

Yipeeeeeeeeeeeeee

Excuse moi de cette manifestation bruyante d’enthousiasme mais bon, voila quoi : petit un  je suis de retour à la maison et petit deux le crabe est terrassé. Et petit 3 j’ai retrouvé mon Wi Fi maison et le bonheur de taper sur le clavier de mon Mac avec tous mes doigts.

Comment veux-tu que je reste zen, franchement? Alors oui je ne pense qu’à fêter ça, oui j’ai envie de faire plein de trucs, de voir plein de gens. Et puis  j’ai plein d’idées de billets et de video délires donc toi aussi tu vas profiter de ma renaissance.

Mais avant il faudrait que je me sorte ce p*$ de baobab du creux de la main. Attends; j’ai même la flemme de prendre une photo.

Ah oui, t’inquiètes, y aura encore du récit médical car j’ai toujours mal à mon os de la fesse et personne n’a encore trouvé pourquoi.

Sinon, c’est la dernière limite pour voter pour mon concours et lundi, tu auras les résultats (enfin… si j’ai le courrage de comptabiliser les votes…).

Bon week end!

Je suis venue te dire que je m’en vais…

…tout à l’heure, m’enfermer pour 3 semaines minimum dans une jolie chambre d’hôpital, sur ordre du Dr House, pour me faire greffer de la moelle osseuse. La mienne tant qu’à faire (t’inquiète c’est pas gore, c’est juste une grosse chimio suivi d’une transfusion comme du sang sauf que c’est ma moelle). Et tant que je ne suis pas en pleine forme ils me gardent au frais.

A choisir, j’aurai préféré le Club Med. Celui là par exemple. Mais j’ai pas le choix et puis c’est la dernière fois (hiiiiiiiiii) ((cri hystérique)) que je vais à l’hôpital me faire injecter du produit chimique dans le sang alors c’est quasiment la fête.

En plus ça ne te fera même pas des vacances puisque j’emmène avec moi l’accès au Net mondial et que je pourrai bloguer tous les jours. Enfin, si j’ai des truc à raconter.

Allez, a’tchao!

Dans lequel je suis en perm’

Samedi, j’ai eu l’autorisation de quitter l’hôpital pour la journée. Ils appellent ça une Permission. Ami lecteur au minimum trentenaire qui a fait ton service militaire, rappelle toi comme ce mot illuminait tes rêves dans ta chambrée! Et bien c’est tout pareil pour moi.

J’étais folle de joie. Samedi matin, j’étais toute excitée. Comme une débutante à son premier bal. Tiens, puisqu’on parle de bal, en fait j »étais Cendrillon. Surtout qu’il fallait que je sois revenue impérativement avant 17h. Sinon je sais pas, peut être que mon Velib se serait transformé en courgette?

A peine rentrée chez moi j’ai foncé sous la douche, j’ai mis une belle robe et j’ai filé, toute guillerette… à la réunion de parents d’élèves. Ah oui, ils donnent des perm’ mais faut un motif en béton.

Dans lequel je découvre que tous les services ne sont pas logés à la même enseigne

Comme je te le disais hier, je suis à l’hôpital. Depuis lundi. Au début c’était juste pour me rebooster à coup de globules et puis chemin faisant ils ont découvert un truc pas net dans le dedans de moi-même et depuis ils m’abreuvent d’antibios, tu sais, ceux qui ne sont pas automatiques.

Alors autant la dernière fois que je m’étais retrouvée fièvreuse et dépourvue de globules, j’avais atterri dans un service 3 étoiles NN, avec pléthore d’infirmières, 30 chaînes de télé, brioche au petit dej et tarte aux poires le dimanche, autant là il est clair que je suis chez les pauvres. Genre le service qui a zéro crédit.

Autour de moi tout n’est que désolation. Par exemple, il n’y pas de douche dans la salle de bain attenante à la chambre. Déjà en camping, la douche commune j’y allais en tongs, en essayant de toucher le moins possible les murs et le pommeau, alors à l’hosto, avec tous les malades qui viennent y coller leurs miasmes, même pas j’y pose un orteil (surtout que j’ai pas pris mes tongs).

Le jour il y a maxi 3 infirmières et 15 stagiaires. Je sais pas trop comment elles s’arrangent pour ne faire que 35h. Ou alors elles ont des sœurs jumelles.

Les plateaux repas sont aussi pauvres. La serviette en papier du plateau du petit dej’ t’as intérêt à en prendre soin, c’est la seule de journée. Et l’entrée c’est que le midi. Sachant qu’avec le yaourt et le fruit congelé c’est la seule chose à peu près mangeable, le soir tu pleures. Heureusement, mon popa et ChériChéri se relai pour m’apporter de bons petits plats. Si, si, le poulet sauce aigre-douce et le royal cheese sont de bons petits plats.

Quand tu penses que même la TV elle marche pas… Heureusement, il y a quand même quelque chose d’extraordinaire chez les pauvres, c’est la vue depuis la chambre. Un petit toit de tuile, des arbres, le ciel… Je me croirai à la campagne.