turlu tutu (chapeau pointu)

Quand ta gamine t’a saoulé la moitié de l’été (vive la garde alternée) avec la danse classique, tu sais que l’heure est venue d’affronter l’inscription aux activités extra-scolaires. Et ses conséquences.

Déjà quand tu bosses pas c’est galère parce que tu vas passer tes mercredis à faire le taxi, mais alors quand tu bosses, je ne t’explique même pas. Trouver un cours de danse pour un enfant en semaine après 18h00 c’est mission impossible. Bref. J’ai fini par trouver le Graal. Le cours le samedi matin. Qui accepte d’avoir une élève que un samedi sur deux (vive la garde alternée).

Sauf que pour la danse, y’a du costume. Et tandis que la prof décrivait la tenue qu’il fallait acquérir, je réfléchissais à comment dégager une heure entre le boulot, la réunion de parents d’élèves, la visite chez le médecin pour le certificat médical… pour passer chez Repetto, Oui je sais. C’est mon coté parisienne, merci papa, merci maman. Il s’est passé une bonne demi-heure avant que je ne me rende compte qu’on trouvait aussi des tutus dans les magasins de sport. Pour certainement beaucoup moins cher. (Entre parenthèse, cette constatation a un peu été la joie de cette matinée pluvieuse).

Enfin je croyais.

Dès le samedi après-midi, confiante (trop?) je me suis mise en quête d’un tutu en taille 6 ans. Avec un petit volant. Et d’un collant sans pieds. Et de chaussons. Le tout rose, bien entendu (enfin « chair »).

A Go Sport, en tutu, il n’ y avait plus rien. Mais alors plus rien du tout. A croire que le rayon avait été dévasté par un ouragan. J’ai réussi à toper la paire de pompe sur un malentendu (une cliente, aussi désemparée que moi, qui avait négligemment posé sur le coté du rayon la seule et unique paire en 28 1/2) (l’inconsciente) (j’ai mis des chaussons en 29 à la place) (hihi)

A Décath’ le lundi midi, pareil, la désolation. Enfin, moins. Il restait du 12 ans. Une montagne de tutu en 12 ans. Le truc chelou. Soit c’est un âge où on ne fait plus de danse, soit c’est une taille qu’on ne fait jamais. En tout cas il y a forcément un truc.

Le mardi midi, j’ai cavalé à Sport 2000. Pour rien, la boutique avait fermé.

Mardi soir, j’ai eu une idée. Et si je cherchais sur Internet? (oui, j’ai mis 3 jours avant d’y penser – moi aussi j’ai l’impression que cette histoire de danse a sacrément altéré mes capacités de réflexion)

Et j’ai trouvé mon bonheur, bien évidemment.

Mais comment on faisait quand on n’avait pas Internet?

Publicités

Rentrée économique

Samedi j’ai fait ma BA. La liste de fournitures pour la Pépette qui rentre au CP en septembre. Et oui déjà le CP! demain elle va passer son bac et j’aurai rien vu venir.

La liste de fournitures c’est un peu mon private joke annuel à moi. Quand elle était en maternelle, j’ai louvoyé entre les années où j’achète la moitié des trucs et les années où j’achète rien, parce que bon, on filait quand même 35 euros à la maîtresse pour qu’elle achète des crayons et des feuilles.

Ben oui, à la Private school, les listes de fourniture entre la petite et la grande section sont déjà longues comme un jour sans pain. Et elles indiquent souvent des trucs assez insolites Ca va du feutre d’une marque qui n’existe pas à la pochette orange fluo à 5 rabats et demi – pourquoi fluo? pour emmerder les parents, j’imagine.

Heureusement la liste pour le CP est  raisonnable. Tellement raisonnable que j’ai senti comme un appel du pied de la maîtresse et je me suis permis un truc de dingue: recycler les feutres, gommes, tubes de colles et autres crayons qui traînent dans ma maison. Résultat il me manquait seulement 2 pochettes à rabat, un double décimètre et deux pinceaux. Le papetier a un peu fait la gueule.

Bon d’accord, quand la maitresse verra la gomme déjà diminuée de moitié et les crayons de couleur de tailles (et de marques) différentes on va passer pour des pauvres, mais là je m’en fiche un peu. Et la Pepette ne sera pas traumatisée puisque, elle, tout ce qui l’intéresse, c’est la trousse Barbapapa qu’elle a depuis 2 ou 3 ans et qu’elle va enfin pouvoir montrer aux copains.


la boîte à bobos

S’il y a bien un truc que les mouflets adorent (en tout cas la mienne) c’est avoir un pansement collé quelque part. De préférence là où ça se voit mais pas trop. Sous une manche, ou derrière une chaussette. De façon à ce qu’à la récré on puisse le dévoiler comme un trésor.

Alors quand j’ai reçu la « bobo box », sorte de caverne d’Ali Baba pour les moins d’1m10 car rempli de pansements Tricosteril en tout genre, j’ai fait un carton!

Le préféré de la demoiselle, reste quand même le modèle « tattoos ». Faut dire qu’un dinosaure sur la griffure ça en jette carrément!

(oui je sais, mon parquet mériterai une petite vitrification, et bien c’est gentil de te proposer: tu passes quand tu veux)

Avis de recherche

Ma mini gonzesse a perdu une dent.

Quand je dis perdu, c’est pas qu’elle est tombée (enfin si) mais qu’elle est égarée.

(Pas celle du haut, celle là elle l’a cassé à 3ans en entrant en contact avec un mur, non, celle du bas)

J’ai mené l’enquête. La môme avait passé la nuit chez mes parents et la journée au Centre de Loisirs. La grand mère m’a assurée que la dent était en place la veille au soir à 20h. Et les animateurs ne m’ont pas alerté. Donc la dent a dû tomber entre le brossage de dents de la veille et l’arrivée au centre de loisir. Ce qui nous laisse presque 12h00.

Le principal témoin (=la môme) est assez évasif. Elle a essayé de m’endormir avec l’histoire de son pote d’école qui en a déjà perdu trois. Puis elle m’a baratiné avec l’histoire de la chute de la première dent (celle du haut). Après un interrogatoire en règle, il semblerait que la dent ait bougé, alors elle l’aurait retiré et elle l’aurai rangé dans une boite carrée. Aussitôt j’ai mis les grands parents sur le coup. Mais à part les tupperware, question boîte carrée, ils sont assez limités.

Bref, à l’heure où je vous parle, le mystère reste entier.

Alors, déjà qu’avec l’histoire de la petite souris je suis limite crédible, comment je fais moi, si je n’ai même pas de dent à mettre sous l’oreiller?

La plus belle pour aller danser

Hier (enfin façon de parler, vu que cette note est en stand-by depuis plus d’une semaine) y’avait photo de classe. La Pépette est déjà relativement pénible en temps normal pour s’habiller le matin, mais là elle m’a tueR.

Tu vois pas qu’elle voulait des couettes avec des nattes mais pas vraiment, enfin un truc super complexe. Surtout qu’elle a un peu les cheveux genre brindille, fins et raides. Des trucs impossibles à faire tenir dans l’élastique.

Tu veux pas plutôt un brushing, que je lui ai demandé.

Si en plus faut un CAP coiffure pour être parent, où va t on.

Comment sécher une étoile de mer

[Normalement ce titre devrait attirer pleins de requêtes google. Et peut être des trolls aussi]

Samedi, j’ai emmené la Pépette au Musée en Herbe. Je m’occupe de son apprentissage culturel. C’est pas que les grands parents l’école soient pas à la hauteur hein, c’est surtout qu’habitant Paris, ce serait dommage de ne pas profiter de toutes les opportunités.

Et donc on était dans le métro, quand j’ai trouvé l’origine de l’odeur qui nous suivait depuis l’ascenseur. Ma fille trimballait une étoile de mer morte dans son sac à dos depuis au moins 48h, peut être plus (vu qu’elle est rentrée vendredi du Grand Ouest).

Morte mais pas sèche. L’étoile.

Une fois rentrée, vu que j’aime pas trop m’entourer d’animaux morts, je me suis donc mis en tête de faire sécher l’étoile pour que la miss l’emmène à l’école (et dans le secret espoir aussi qu’elle arrête de puer.)

Et là je suis au regret de te dire que Google mon ami m’a complètement abandonné sur ce coup là.

Pareil, je me demande bien à quoi ça sert d’avoir 110 amis sur Fessebouc et 80 followers sur twitter, s’il n’y a personne pour m’aider quand j’en ai vraiment besoin. Enfin si, y’a bien Miss Rainette qui m’a suggéré de coller la bestiole au soleil mais quid de l’odeur quasi pestilentielle?

Finalement, j’ai trouvé mon bonheur sur un forum de taxidermistes (ça ne s’invente pas). Sur leur conseil j’ai donc mis l’étoile à tremper dans de l’eau et de l’alcool. Enfin surtout de l’alcool. J’avais plus d’alcool à 70° alors j’ai pris de la Téquila.

A suivre…

Ne comptez pas sur moi pour la Chandeleur

Aujourd’hui y’a carnaval à l’école (c’est mardi gras quoi). Les mômes sont déguisés et les parents devaient fournir soit les crêpes, soit la confiture.

Alors hier soir, histoire que l’Héritière soit fière de moi, j’ai encore essayé de faire des crêpes. Je dis encore, parce que c’est au moins mon dixième essai. Je me suis une fois de plus rendue à l’évidence, je suis nulle en crêpes.

Pourtant j’ai tout: la recette parfaite, les accessoires chauffant ad hoc et les gènes.

Et bien il n’y a rien a faire, soit la crêpe crame, soit lorsque je la retourne elle se déchire, soit elle crame (je l’ai déjà dit?), soit elle se fend dans le milieu et elle crame. Je suis maudite de la crêpiere. Et ceci malgré un héritage certain (ma mère te ferai sauter des galettes sur la semelle d’un fer à repasser).

C’est trop injuste.

Du coup la Pépette est partie pour l’école en robe de fée avec un pot de confiote.

Edit de 09h00: Toutes les mères avaient fait des crêpes. Mon pot de confiture va être une star.